UNDZER NIGENDEL, concert poétique autour de la culture yiddish

         Concert poétique autour de la culture yiddish

« Le silence vaut mieux que la parole, mais le chant vaut mieux que le silence »  proverbe hassidique

Antonia Hayward – comédienne et musicienne – nous plonge dans l’univers du « yiddishland », culture des communautés juives d’Europe centrale et orientale. Elle nous emmène dans un voyage musical et poétique à travers le temps et l’espace. Elle est accompagnée d’une comédienne, d’un petit ensemble et d’une chorale d’enfants composés en partie par sa famille.

Un spectacle qui allie musique traditionnelle et plus contemporaine ponctuée de textes, d’histoires, de poésies et de blagues issus de la littérature et la culture juive et yiddish autour d’un thème : l’enfance.

Une histoire de famille pour toute la famille !

« Un concert, en hommage à ma grand-mère américaine dont le père originaire de Galicie s’était exilé aux États-Unis au début du XIXe siècle. Étant musicienne et comédienne, il était évident pour moi qu’il fallait lier ces deux arts dans mon spectacle. Je me plonge alors dans la musique et la littérature yiddish et l’incontournable humour juif, je découvre et re-découvre sous différents aspects la culture de ma grand-mère.

Difficile de ne pas évoquer la guerre et les souffrances subies par ce peuple quand on aborde la culture yiddish. Alors comment éviter de tomber dans le larmoyant ou dans l’angélisme ? Peut-être, et c’est l’axe de réflexion de mon concert, en plongeant dans cette culture du côté de la « vie » tout simplement ; comme dit l’enfant du ghetto Ysrolik dans sa chanson « bien que j’sois complètement nu et démuni, j’suis toujours capable de siffler et chanter. » C’est cette constante notion d’espoir et de vie, présente dans beaucoup d’œuvres yiddish, que j’ai tenté de sublimer dans ce spectacle.  » Antonia Hayward